Fake news : comment ne pas être responsable en tant que marque ?


La tendance des fake news est de plus en plus mal vu par les individus et cherchent un responsable à ces fausses annonces. En effet, se faire avoir sur toutes sortes de sujets n’est pas des plus agréable. Il est important pour cela de faire attention à chaque contenu publié et ne pas (sans faire exprès) partager des fake news. Mais si les marques avaient aussi un rôle à jouer pour lutter contre cela ?

Le rapport du Trust Barometer 2018 d’Eldelman révèle que près de 66% des Français souhaitent que les marques s'engagent auprès des réseaux sociaux pour les protéger des fake news. En effet, les marques subissent le contrecoup de la perte de confiance envers les réseaux !

Les fake news, qui en est responsable ? Bien évidemment, ce sont les réseaux sociaux qui sont le plus souvent pointés du doigt lorsque apparaissent des scandales à propos de fake news ! En effet, seules 41% des personnes interrogées au niveau mondial déclarent avoir confiance aux réseaux sociaux, un chiffre qui diminue à 25% en France !

Les marques, complices de ces fausses nouvelles ?

Le danger pour les marques est d’être tenu responsable lorsque leur publicité ou message est associé à un discours d’incitation à la haine, de contenu inapproprié, ou encore de fausse information par exemple. Il est prouvé que beaucoup de personnes pensent que les points de vue affichés aux côtés des publicités ou du message marketing d'une marque donne une indication sur les valeurs de celle-ci.

D’après l’étude, 40% des personnes pensent que les réseaux sociaux peuvent aider à lutter contre les fake news, c’est donc un aspect à prendre en compte de la part des marques. Les marques sont souvent jugées responsables de la diffusion de ces contenus dans une certaine mesure comme elles représentent les principaux clients des réseaux sociaux, il est donc important pour elles de prendre des initiatives pour stopper le phénomène. 

D’après Alexandre Faure, Head of Digital d'Elan Edelman : « Les marques doivent protéger les consommateurs contre les tentatives d'exploitation, et disposent, pour ce faire, de quatre leviers : exiger des informations fiables ; s'engager à confier leurs budgets publicitaires exclusivement à des plateformes offrant un contenu qualitatif et non diffamatoire ; réclamer de la visibilité sur le traitement de la collecte et de l’utilisation des données personnelles ; et, enfin, demander le maximum de transparence autour de leurs fameux ‘’influenceurs’’ ».

Pour en savoir plus sur ce phénomène, n'hésitez pas à lire un de nos précédent article : Avez-vous déjà été confronté à des fake news ?


NOS DERNIERS ARTICLES :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire