Comment éviter une campagne négative avec un influenceur ?



Bazaarvoice et Morar Research ont réalisé une étude nous informant que les internautes s’agaceraient de plus en plus face aux publications ressemblantes et répétitives des influenceurs et blogueurs sur les réseaux sociaux. Cette étude a été menée dans plusieurs pays tels que le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne où plus de 4000 consommateurs ont répondu au sondage concernant leur ressenti face aux influenceurs et leurs contenus.

En effet, nous sommes dans une aire où l’influenceur marketing implose, prend désormais la place de la publicité classique, et touche de plus en plus de personne. A travers l’influence marketing, on peut toucher de plus en plus de personne, favoriser ses ventes, maximiser son profit et faire connaître sa marque.

Cependant il ne faut pas oublier que toute communication doit être méticuleusement organisée, et ne doit pas toucher négativement sa cible. Pour cela il faut faire attention à ne pas faire de publicité abusive, intrusive et trop banale.

49% des sondés souhaitent un encadrement plus strict concernant les posts sponsorisés


Tout d’abord, grâce à cette étude, nous apprenons que la moitié des personnes interrogées souhaitent le durcissement des publications sponsorisées par les régulateurs d’annonces. On constate alors un manque de transparence des influenceurs sur ce sujet. En effet, les publications sponsorisées innondent nos fils d’actualités et sont souvent redondant. Il est donc important pour une marque de se différencier et surtout de pas importuner l’utilisateur !

Au Royaume-Uni, tout ceci est très controlé, l’Advertising Standards Authority (ASA) a lancé un examen approfondi afin de déterminer si les indicateurs régulièrement utilisé comme #spon, #ad et #sp, sont assez clairs. Un post d’une célébrité britannique a ainsi été supprimé par l’ASA car il manquait d’information sur la photo parrainée par une marque de montres.

Les publications répétitives des influenceurs sur les réseaux fatiguent 47% des interrogés

D’après l’étude, les interrogés sont globalement fatigués par les posts à répétition des influenceurs sur les réseaux sociaux. C’est le cas pour 47% d’entre eux, qui en plus du manque de transparence (parfois sans tester les produits réellement juste pour faire du placement de produits et toucher de l’argent) publient sur leurs réseaux sociaux des photos de qualité médiocre.

Pour 23% de ces sondés, cette baisse de qualité serait due à la pression mise par les annonceurs, pour augmenter la fréquence et la portée des contenus des influenceurs. Ce qui fatigue et parfois énerve aussi les sondés est le fait que la plupart de ces publications ne sont pas représentative de la vraie vie, elles sont souvent trop matérialistes et utilisent les mêmes produits que la plupart des influenceurs car ce sont ceux qui payent le mieux.


NOS DERNIERS ARTICLES :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire