Fake influenceurs, comment protéger votre marque au mieux ?



En très peu de temps, les influenceurs ont su se construire une place dans le monde commercial. Passant de simple curiosité et nouveauté, ils deviennent aujourd’hui l’élément phare pour les publicités des marques. Elles sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses à vouloir créer des partenariats avec ces nouvelles stars des réseaux sociaux !

« 91% des influenceurs répondent aux demandes de partenaires des marques » d’après une étude annuelle de Reech sur les relations entre les marques et les influenceurs. Il faut cependant savoir que ces demandes de partenariats ne sont pas toujours acceptées !

Face au fort développement du marketing d’influence sur les réseaux sociaux, les influenceurs sont de plus en plus sollicités par les marques pour présenter leurs offres/services à leurs communautés. Ceux-ci profitent largement de cette situation en se faisant rémunérer sur le nombre de followers acquis. 

De plus en plus d’individus veulent se lancer dans ce business car les influenceurs sont payés pour nous faire rêver, mais attention, certains n’hésitent pas à tricher pour obtenir davantage de partenariats avec les marques. Plus un compte a un certain nombre d’abonnés, mieux il sera payé, plus de partenariats il aura…

Voici quelques conseils pour repérer les influenceurs qui trichent !


Beaucoup rêvent d’avoir l’influence de personnes telles que Caroline Receveur, Sananas, Nabilla ou encore EnjoyPhoenix et pour cela sont prêts à tout comme par exemple acheter des followers (CF. COMMENT DETECTER LES FAUX INFLUENCEURS SUR INSTAGRAM). 

Il existe en effet sur internet plusieurs sites pour acheter des abonnés, des likes, des commentaires sur Instagram. Pour une somme d’environ 30 euros vous pouvez par exemple avoir jusqu’à 3000 followers en plus, ce qui est très bénéfique car la crédibilité et la réputation d’un compte Instagram sont basées sur son nombre d’abonnés…

Voici la raison pour laquelle certains « fake » influenceurs préfèrent acheter des abonnés pour gagner du temps et décrocher de nouveaux partenariats. Le phénomène des faux followers génère donc un impact négatif pour l’image des marques. Il est très important de se renseigner sur l’influenceur que l’on cible pour faire des partenariats, car c’est ensuite la marque qui paiera les répercussions s’il y’a des scandales sur ceux-ci, surtout lorsque l’on sait qu’environ 20% des comptes actifs Twitter sont faux, on peut mesurer l’ampleur du problème.

Mais alors comment se protéger des fakes influenceurs ?


Le phénomène des faux comptes a pris tellement d’importance ces dernières années qu’à présent les plateformes des réseaux sociaux sanctionnent toute triche. Instagram, a en effet mis en place une politique répressive envers les personnes utilisant des logiciels falsifiant leur compte. De plus, plusieurs site internet permettant d’acheter des likes ou commentaires ont été supprimés à la demande d’Instagram !

Pour savoir si l’influenceur avec qui vous voulez travailler est sérieux et n’a pas recours à cette triche, il existe des sites internet à votre disposition tel que SocialBlade, qui vous permet d’analyser à l’aide de graphiques l’évolution du nombre d’abonnés.

Vous retrouverez notamment DeepSocial pour plus de précision sur la crédibilité du compte, l’évolution des abonnés, le taux d’engagement de l’influenceur etc.

Pour avoir une première idée de la crédibilité d’un compte Instagram, il faut observer la proportion du nombre de likes sur les photos vis-à-vis du nombre d’abonnés de l’influenceur. Car en achetant de faux followers, le compte sera très suivi mais les likes des photos ne suivront pas (ce qui n’est donc pas crédible). Pour résumer si vous voyez un compte avec beaucoup de followers mais peu de likes, alors vous pouvez considérer l’influenceur comme un potentiel tricheur.

Pour tout partenariats ou associations avec un influenceur, le plus important est de connaître son taux d’engagement, élément principal pour témoigner de l’authenticité de ses contenus et de sa crédibilité !


NOS DERNIERS ARTICLES :


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire