Votre compte Facebook à-t-il été touché par le vol de données Cambridge Analytica ?


Data cyberattack

Facebook règle ses comptes face à Cambridge Analytica : que sait-on sur ce scandale ?

Mark Zuckerberg a auditionné Mardi 10 avril et Mercredi 11 avril devant le comité du Sénat américain sur l'affaire Cambridge Analytica pendant plus de 10 heures.

Cambridge Analytica, cabinet Britannique de communication et d’analyse de données, à volé des informations personnelles à 87 millions de personnes par le biais d’un quizz. Cette action lui a permis de récolter encore plus d’informations que n’en avait déjà Facebook.

Facebook est suspecté d’avoir laissé fuiter nos données personnelles à des fins de profilages politique, notamment concernant la campagne présidentielle 2016 de Donald Trump, dont s’occupait Cambridge Analityca.

Le risque de cette fuite est la récupération de nos informations personnelles par des sociétés pour ensuite les revendre à d’autres annonceurs. Leur but étant de collecter le plus d’informations sur chaque individu afin de tout savoir sur lui et mieux le cibler. Il peut à la suite de ces vols avoir des problèmes plus graves tels que des vols financiers, d’identités, etc.

Alors comment savoir si nous faisons parti des 87 millions de personnes touchées par ce scandale ?

Facebook scandale


Suite à cette affaire, Facebook à pris l’initiative d’informer toutes les personnes atteintes par ce vol. En effet, dès le Lundi 9 avril Facebook a annoncé aux personnes concernées grâce à un message sur leur fil d’actualité si la société Cambridge Analityca avait volé ou mal utilisé leurs données personnelles (voir notre article précédent : COMMENT BIEN PROTÉGER SES DONNÉES PERSONNELLES SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX ?).

Facebook à annoncé la semaine dernière : «A compter du lundi 9 avril, nous afficherons un lien vers le haut de leur fil d’actualité afin que les utilisateurs puissent voir les applications qu’ils utilisent et les informations qu’ils ont partagés avec ces applications. Les utilisateurs pourront également supprimer les applications dont ils ne veulent plus. Dans le cadre de ce processus, nous informerons également les gens si leurs informations peuvent avoir été incorrectement partagées avec Cambridge Analytica. »

Afin d’en avoir le cœur net, il vous suffit de vous rendre dans le centre d’aide de Facebook, en haut à droite de la plateforme, représenté par un point d’interrogation. Il vous faut ensuite taper dans la barre de recherche « Comment savoir si mes informations ont été partagées avec Cambridge Analytica ? ». Vous pouvez notamment y accéder par le biais de ce lien.

Si vous ne faites plus confiance à Facebook et souhaitez vous retirer de la plateforme vous avez la possibilité d’effacer toutes vos données. C’est cependant très restrictif car en supprimant votre compte, votre profil et vos publications y sont supprimés, mais vos messages privés restent visibles par vos contacts avec le nom « utilisateur Facebook ». Les métadonnées collectées par Facebook sont notamment toutes conservées même après suppression…

Les rumeurs qui courent à propos de Facebook 

Cambridge Analityca scandale


·        Cela fait déjà plusieurs années que l’on entend la possibilité de devoir payer pour se rendre sur la plateforme sociale. Mais rassurez-vous : Mark Zuckerberg a affirmé durant son audition au Congrès « vouloir offrir un service gratuit que tout le monde puisse s'offrir. ».
·        Facebook pratique t-il l’écoute téléphonique afin de mieux cibler les publicités ? C’est le sénateur démocrate Gary Peters qui a questionné le fondateur sur ce phénomène d’espionnage. Voici la réponse de Mark Zuckerberg : « Permettez-moi d’être clair sur le sujet. Vous êtes en train de parler d’une théorie conspirationniste qui laissait penser que nous écoutions ce que vous disiez à votre téléphone. Nous ne faisons pas ça ». 
·        Une récompense serait accordée à tous ceux qui dénonceraient le vol de données. Explications : Marc Zuckerberg à annoncé mardi que : « Ce programme va récompenser les gens disposant d'une connaissance et d'une preuve directes de cas où une application présente sur la plateforme Facebook collecte et transfère les données personnelles vers une autre partie pour les vendre, les voler ou les utiliser dans un but d'escroquerie ou pour faire de l'influence politique ».


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire